Autisme : Les enfants sont de futurs adultes

21/02/2019
autisme Evelyne Soyer

Un bébé en difficulté sera possiblement un enfant en difficulté, un adolescent en difficulté et un adulte en difficulté. Il importe donc  le plus précocement de chercher le fil conducteur sur la trajectoire de vie, influençant la qualité, la durée, l'intérêt de cette vie.

autisme journée fondettes 2018autisme journée fondettes 2018 - 2

 

Un bébé en difficulté sera possiblement un enfant en difficulté, un adolescent en difficulté et un adulte en difficulté. Il importe donc  le plus précocement de chercher le fil conducteur sur la trajectoire de vie, influençant la qualité, la durée, l'intérêt de cette vie.

La neurologie du développement :

Le concept de troubles neurodéveloppementaux (TND) correspond à une particularité de développement d'une ou plusieurs compétences attendues lors du développement sensorimoteur, cognitif et affectif de l'enfant.

Ce concept inclut les Troubles du Développement Intellectuel (Déficience Intellectuelle), les Troubles du Spectre de l'Autisme, les Troubles du Langage ou des coordinations, les Troubles des fonctions exécutives et attentionnelles, les Troubles spécifiques des apprentissages (lecture, calcul...) .

Il constitue une approche pertinente sur le plan scientifique et clinique,  très opérationnelle en termes de « Réponse Accompagnée pour Tous ». Il peut permettre d'accroitre la précocité et la qualité des diagnostics et des interventions et de rétablir une plus grande équité dans les soins et l'accompagnement tout en garantissant les spécificités propres à chaque trouble et aux besoins spécifiques de la personne.

Pourquoi porter une telle attention aux compétences sensorielles et motrices précoces ?

Parce que le calendrier sensori-moteur est assez précis malgré des variations individuelles et parce que s'intéresser aux difficultés motrices rendent plus attentif sur d'autres domaines (comportement, communication, sommeil, alimentation...).

 « La génétique propose, l'épigénétique dispose » :

La capacité pour le jeune enfant à déplacer son corps de manière autonome lui ouvre l'opportunité de recueillir de nouvelles informations. L'enfant doit être un sujet actif. Les enfants présentant un retard de la marche ont un retard dans leurs compétences spatiales limitant ainsi leurs compétences perceptives et cognitives.

Un examen neuropédiatrique est nécessaire pour tous :

Si le déroulement typique du calendrier moteur est utile, donnant des indications fonctionnelles binaires (tient assis/ne tient pas assis, tient debout/ne tient pas debout, marche/ne marche pas) il ne remplace pas l'examen précis du neuropédiatre car un délai dans les acquisitions recouvrent le plus souvent des déviances dans les performances sensori-motrices mais aussi de l'ensemble du développement de l'enfant. Les signes précoces serviront de fil conducteur dans l'interprétation des dysfonctions successives qui sont âge-dépendantes.

Nous proposons: l'ATNAT : Amiel Tison Neonatal Assessment à Terme.

Cet examen neuropédiatrique permet de démontrer l'optimalité neurologique à terme ou à l'âge corrigé du terme, puis, si nécessaire en cas de repérage de signes de Troubles Neuro Développementaux (TND), de mettre en œuvre un  dossier de suivi neurologique en parallèle avec une intervention interdisciplinaire précoce.

En effet, en cas de lésions cérébrales diffuses, celles-ci n'auront pas de traduction clinique périnatale mais se révèleront tardivement au cours des premières années de la vie jusqu'à l'âge scolaire et au-delà.  En conséquence, un dommage au niveau de ces zones d'intégration (d'associations d'informations au plus haut niveau) se révèlera progressivement comme une désorganisation de la fonction cérébrale.

Notions de base sur la pathologie cérébrale :

Toute complication autour de la naissance, tout incident (rencontre avec un virus, anomalie génétique, naissance très prématurée...) peut avoir pour conséquence un dommage cellulaire qui s'organise en quelques semaines. La ou les lésions vont perturber la prise de pouvoir du contrôle cortical sur les fonctions sensorielles et motrices qui, dans le développement typique, s'organise pendant la gestation et dans les mois qui suivent la naissance.

Le « calendrier sensori-moteur » sera modifié : trop d'extension axiale, décalage du contrôle de la tête et de la relaxation des membres, mains fermées. C'est une dysharmonie de la maturation et non un simple retard.

De plus, dès la naissance, les parents peuvent parfois s'étonner d'une ou plusieurs particularités retrouvées de façon répétée comme des difficultés à téter, le fait de ne pas tenir sa tête dans l'axe à 4 mois (et plus...), un sommeil particulier, des pleurs très importants et difficiles à calmer, un biaisage dans la prise de contact oculaire, une hyperexcitabilité, l'apparition, parfois très précoce de stéréotypies gestuelles, sonores, respiratoires.

 

Trois possibilités peuvent être mises en évidence :

1. Les lésions sont sévères : les voies motrices corticospinales sont endommagées (des signes de spasticité vont apparaître donnant de  possibles séquelles de type paralysie cérébrale ou PC).

2. Les lésions sont modérées : l'apparition du contrôle de la tête, de la station assise puis de la marche seront rassurantes dans un premier temps, mais ceci de façon à la fois tardive et déviante. La plupart des enfants présentant des TSA présentent ces particularités.

3. Les lésions sont minimes : le flux de maturation va effacer en partie les signes observés. Il arrive cependant qu'à l'âge scolaire des difficultés particulières de type dyslexie, dyspraxie puissent s'exprimer.

Dans tous ces cas, seule la description précise des anomalies des premiers mois (en particulier le contrôle de la tête) permettra de suivre le fil rouge de l'organicité. Les informations contenues dans le carnet de santé seront irremplaçables. Plus tard, il faudra chercher des signes de la même lésion dans la motricité fine, les sensorialités, la coordination, les praxies, la communication, la relation, la socialisation.

Les signes cliniques chez le  jeune enfant présentant des TSA :

- Une hypotonie globale, permanente, axiale, musculaire et une laxité ligamentaire présentent dès la naissance, ainsi qu'un  décalage dans l'apparition de la marche et des anomalies persistantes de cette marche (problème d'équilibre, vertiges, marche saccadée, disharmonieuse) sont très souvent présents.

- Des stéréotypies (gestuelles, posturales, sonores, respiratoires, autres), d'apparition souvent retardée, s'installent progressivement.

- Un décalage dans le déroulement des acquisitions sensori-motrices, de type difficultés de coordination, de spatialisation, de gestion de la profondeur..., est souvent constaté.

- Enfin, une spasticité en particulier des triceps surraux, est d'apparition très fréquente avec pour conséquence une marche sur la pointe des pieds, en équin.

 Les signes cliniques au cours de la croissance :

On assiste à une accentuation des particularités : problèmes d'équilibre, problèmes de gestion de la profondeur, dysharmonie gestuelle.

Viennent se surajouter les conséquences liées à l'hypotonie, la scoliose en particulier ; mais aussi les difficultés de déglutition, de mastication, de constipation éventuelle.

Les stéréotypies gestuelles, sonores peuvent entrainer, du fait de leur répétition des centaines de fois par jour sur un corps d'enfant en pleine maturation (osseuse, tissulaire) ; par exemple, le bruxisme qui finit par développer le maxillaire inférieur à l'adolescence (avec un prognatisme).

Bien entendu, les troubles cognitifs vont s'exprimer en fonction de l'âge de l'enfant.

Chez l'enfant plus âgé :

Les problèmes liés aux stéréotypies gestuelles, posturales, sonores s'accentuent, auxquels s'ajoutent les difficultés liées aux modes de « prise en charge », qui tiennent plus ou moins compte de la globalité du trouble.

Chez le jeune adulte :

Une usure prématurée des cartilages des articulations soumises aux stéréotypies gestuelles est très courante, entrainant douleurs et limitation de la motricité en conséquence.

Parfois, des déformations orthopédiques liées aux stéréotypies ou au contrôle postural déficient (scoliose par exemple), viennent compliquer le tableau.

Enfin, bien évidemment, une accentuation des difficultés sensorielles et motrices liées à la lutte contre la gravité, au vieillissement, à la non utilisation optimale, aux habitudes de vie rendent les tableaux cliniques de plus en plus complexes.

Le vieillissement :

Très peu d'indications ont pu être données du fait de l'absence de diagnostic de nombreux adultes, de l'absence de suivi, de l'absence de communication entre les lieux de vie.

L'intervention précoce thérapeutique et éducative :

L'étude des processus d'apprentissage révèle l'importance des premières années de la vie dans le développement des capacités et de la personnalité de l'individu.

De plus, l'intervention interdisciplinaire apporte des bénéfices sociaux et économiques car  la prévention et le traitement précoce des problèmes de développement de jeunes enfants réduisent les problèmes plus sérieux s'enchainant de proche en proche.

Les buts recherchés seront :

•           Limiter l'usure précoce du fait de l'usage intensif ou dévié de certaines articulations, conséquences des stéréotypies sur un corps en développement et conséquences de l'hypotonie

•           Augmenter le répertoire sensoriel et moteur comparable à celui des enfants du même âge, en  partenariat avec les parents

•           Gérer la durée, la compréhension des consignes, l'acceptation de la situation, l'attention conjointe

•           Prévenir la consolidation de comportements inadéquats suivant deux grands axes: un axe éducatif, un axe thérapeutique .

Les objectifs de l'intervention précoce seront quant à eux :

 - le développement maximal des capacités de l'enfant

  - la prévention des conséquences négatives

  - l'intégration sociale et communautaire

  - la valorisation des rôles sociaux

 Ils visent toutes les sphères du développement de l'enfant : la socialisation, la communication non verbale et verbale, le développement de comportements socialement acceptables et les habiletés en lien avec l'autonomie sociale, dès la toute petite enfance, en amont des diagnostics et des prises en charge éducatives.

Conclusion :

L'enfant en difficulté de développement a besoin d'une sollicitation spécifique en lien avec ses difficultés mais aussi de vivre les expériences habituelles d'un enfant du même âge, afin de rejoindre au mieux la cohorte de ses pairs .

Les services proposés devront être continus, de la présomption ou de l'identification d'un trouble de développement jusqu'à la scolarisation mais ne doivent pas pour autant s'arrêter avec l'entrée à l'école s'ajustant ainsi aux réalités de l'enfant et de sa famille.

Il s'agira de :

            1. Réduire le poids financier, l'énergie et le temps dépensé par l'enfant et sa famille mais aussi augmenter les capacités de l'environnement

            2. Limiter les conséquences relationnelles et de communication par une prise en compte globale des difficultés existantes

            3. Permettre de comprendre progressivement l'existence éventuelle (et l'importance) des difficultés de l'enfant

            4. Limiter la recherche éperdue de solution miracle, au cours d'un « shopping médical » épuisant, couteux et sans intérêt pour l'enfant

La famille de l'enfant soutiendra l'intervention et la nécessité de travailler en collaboration avec les thérapeutes.

Pour en savoir plus :

3è journée- conférences de l’Adapei 37 en partenariat avec l’Arapi le jeudi 24 mai 2018, sur le thème « les aspects moteurs et sensoriels à travers les âges chez les personnes autistes »

Dr Marianne Barbu-Roth Institut Neurosciences et Cognition, UMR 8158 CNRS, Université Paris Descartes  « Locomotion et développement psychologique de l'enfant: plaidoyer pour une intervention précoce " (Bulletin scientifique de l’arapi N°35)

Dans sa conférence à l'université d'automne au  Croisic, en 2015, « Autisme et prématurité », le Pr Olivier Baud a cité l’étude de Limperopoulos et al. qui a montré que 26% de prématurés de moins de 1500 g ont des symptômes précoces d'autisme à l'âge moyen de 21,9 mois (+- 4.7 mois) diagnostiqués par la  M.CHAT, Vineland Adaptative Behavior Scale, Child Behavior Check-list

 

Evelyne SOYEZ

UMR 8158 CNRS - Université Paris Descartes

Institut Neurosciences et Cognition Paris Descartes UFR Biomédicale des Saints Pères

 

 

Adhérer à l'association